Le Lion de Barbarie ou Lion de l'Atlas

 

Lion de l'Atlas (Panthera leo leo) au Parc zoologique de Lunaret, Montpellier

 

Synonymes

Lion de Barbarie ou Lion de l’Atlas. En latin: Panthera leo berberisca.

Caractéristiques

Malgré l’existence de très peu de spécimens (crânes et peaux), de photographies et de peintures de lions de Barbarie, les probables caractéristiques extérieures du lion de Barbarie seraient les suivantes :

- pelage gris,

- femelles et jeunes mâles possédant des poils longs autour du cou/gorge sur les pattes avant et le long du ventre,

- mâles possédant une énorme crinière couvrant non seulement la tête, le cou et les épaules, mais aussi s’étendant jusqu’en arrière des épaules et sur le ventre,

- couleur de la crinière variable entre les différentes parties du corps mais de plus en plus sombre vers la partie postérieure,

- queue touffe bien développée,

- création d'une ligne droite entre la pointe du nez et l'arrière de la tête (occiput) avec une couronne plus pointue,

- museau étroit,  pattes courtes, poitrine profonde

- iris clair

- constriction étroite postorbitale du crâne.

On pense que les lions de Barbarie possèdent le même ventre que celui des lions d’Asie. C’est le lion le plus imposant avec un poids compris entre 230 à 270 kg pour les mâles et 140 à 160 kg pour les femelles.

Taxonomie

Sept sous-espèces sont communément admises pour le lion d'Afrique. Les lions d'Asie (Panthera leo persica) sont génétiquement distincts des lions d'Afrique subsaharienne, bien que la différence ne soit pas grande (il s’agit d’une différence plus petite que la distance génétique entre les différents groupes raciaux chez l'homme). Le lion de Barbarie est probablement plus lié à la sous-espèce asiatique qu’aux autres sous-espèces africaines.

Autrefois, la morphologie externe des lions de Barbarie, à savoir une énorme crinière jusque derrière les épaules et couvrant le ventre chez le mâle, a été utilisée comme distinction pour identifier cette catégorie. Toutefois, il est maintenant connu que la couleur et la taille de la crinière d’un lion sont influencés par différents facteurs extrinsèques, dont notamment la température ambiante.

Le lion de Barbarie est considéré comme «disparu dans la nature».

Des lions de Barbarie sont aujourd'hui élevés en captivité; d’autres sont issus de race croisée avec des lions capturés en Afrique. Par conséquent, seules des empreintes ADN peuvent permettre d'identifier de manière définitive un lion de Barbarie. En 2006, les résultats de recherche sur l'ADN mitochondrial ont montré un haplotype ADNmt qui est unique au lion de Barbarie qui pourrait être ainsi un bon marqueur moléculaire pour l'identification des lions de Barbarie.

Cette sous-espèce est éteinte et on ne reconnaît donc pas l'existence d'un spécimen vivant du lion de Barbarie génétiquement pur tant que des tests génétiques identifiés ne l’ont pas confirmé.

Style de vie

Ces lions étaient solitaires ou vivaient parfois par paires car la nourriture n'était pas abondante. Les femelles élevaient leurs petits jusqu'à environ 2 ans, puis se séparaient d'eux.

Habitat

À en juger par les documents historiques, une population proche de ce lion était distribuée de l’Afrique du Nord jusqu’au Moyen-Orient et en Inde ; il s’agissait certainement de la sous-espèce sahraouie de l’Egypte, du Soudan et de l’Ethiopie actuels. Les lions répartis dans l'ensemble de l'Afrique au nord du Sahara étaient appelés Lions de Barbarie (Panthera leo leo).

Zone bleue: répartition du lion de Barbarie.

Zone jaune : répartition des lions d’Asie (Panthera leo persica).

Au début du 18ème siècle au plus tard, les lions ont disparu de cette partie de l'Afrique du Nord (littoral méditerranéen, actuelles Egypte et Libye).

Il en est resté une population isolée dans la partie occidentale de l'Afrique du Nord (actuels Maroc, Algérie et Tunisie). Contrairement à la plupart des lions d'Afrique, le Lion de Barbarie est un prédateur de montagne, préférant les terres boisées.

Un lion photographié par avion sur la ligne Casablanca-Dakar

Nourriture

Les proies du lion de Barbarie étaient principalement des moutons de Barbarie (Ammotragus lervia), des sangliers, des gazelles de Cuvier (Gazella cuvieri) et des cerfs de Barbarie (Cervus elaphus barbarus), mais aussi des troupeaux de vaches et de moutons, et même parfois un cheval.

"Lions à l'affût" (1926), Tableau de Georges Frédéric RÖTIG

La méthode de la chasse n'a jamais été documentée, mais on pense qu'ils utilisaient la même mort par strangulation que les autres grands félins du monde.

Reproduction

Les mâles et les femelles se réunissaient au cours de la saison de reproduction (probablement en janvier). Le record de gestation en captivité est d'environ 110 jours, après quoi jusqu’à 6 lionceaux peuvent naître avec toutefois des portées plus courantes de 3-4 petits.

Les lionceaux sont généralement de couleur très sombre avec des rosettes et pèsent environ 1,75 kg à la naissance. Ils ouvrent leurs yeux autour du 6ème jour et commencent à marcher à 13 jours. Les mâles montrent un intérêt pour les femmes autour de 24-30 mois, mais ne se reproduisent avant l'âge de 3 ans et plus.

Histoire et population

Le premier ancêtre connu du lion est l’espèce Panthera gombaszoegensis du début du Pléistocène (environ 1,5 millions d'années) retrouvée à Gorge d'Olduvai en Afrique de l'Est. Il possède à la fois des caractéristiques du lion et du tigre.

Panthera gombaszoegensis

Les lions des cavernes primitifs étaient dispersés dans l'Ancien-Monde sur une période de 500’000 ans, en harmonie avec les changements climatiques et la propagation des steppes de type de terrain.

Le Panthera youngi est parue dans le nord de la Chine (Choukoutien) il y a 350’000 ans voire moins. Il était probablement lié au Lion des cavernes primitif (groupe "spelaea" regroupant les lions de l'Eurasie et d'Amérique).

Panthera leo spelaela ou Lion des cavernes

L'autre catégorie était le "leo" comprenant le groupe des lions actuels de l'Asie du Sud et de l’Afrique.

Des études de phylogénétique moléculaire suggèrent que les lions modernes partagent un ancêtre commun issu d’un passé très récent, entre 55’000 et 200’000 ans. La distance génétique entre le lion d'Afrique du Nord et le lion d'Asie est estimée à plus de 100’000 ans.

Les Egyptiens furent les premiers à chasser les lions de Barbarie avec des lances et des flèches. Les Berbères, qui se trouvaient dans de petits villages dans les montagnes d'Afrique du Nord il y a environ 3’000 ans, ont défendu leurs foyers contre les lions mais ne constituaient pas vraiment une menace pour la population des lions de Barbarie.

C’est dans l'Empire romain que la population des lions de Barbarie s’est réduite à un petit nombre pour la première fois.

Les empereurs romains ont cherché à divertir les gens et à les rassurer sur le fait que leur civilisation avait le contrôle sur la nature. Les anciens Romains importaient des lions d'Afrique du Nord pour les utiliser dans les jeux du Colisée à Rome et d'autres arènes.

Des milliers de lions ont ainsi été emmenés dans d'autres parties de l'empire romain pour servir de rivaux aux gladiateurs.

Le carnage a pris fin après six siècles, mais les problèmes des Lions de Barbarie n'étaient pas terminés. Avec l’arrivée des Arabes et l’augmentation de leur présence, les lions se sont progressivement retirés. Ils représentaient une nuisance et une récompense était offerte pour chaque lion détruit.

Avec l'avènement du chasseur européen au cours du dernier siècle, le nombre restant de lions de Barbarie a chuté. Des guides locaux dans les montagnes de la Tunisie et du Maroc ont permis aux Européens de chasser les lions pour le sport et les collections des musées ou de les capturer vivants pour les zoos.

Les Lions de Barbarie ont disparu de la Tripolitaine (ouest de la Libye) dès 1700. Le dernier lion de Barbarie connu en Tunisie a été tué en 1891 près de Babouch, entre Tabarka et Aïn-Draham. Le dernier connu lion en Algérie a été tué en 1893 près de Batna, à 97 km au sud de Constantine.

Les Turcs ont encouragé la mise à mort des lions en payant à bon prix leurs peaux. Après l'occupation française, leur valeur a baissé (seulement 50.- FF pour une peau). De nombreux Français en Afrique du Nord sont devenus des chasseurs de lions sans relâche. En Algérie, plus de 200 Lions de Barbarie ont été tués entre 1873 et 1883. Les lions ont disparu de la côte marocaine au milieu des années 1800. Au Maroc, certains lions ont survécu jusqu’au 20ème siècle puis ont finalement cessé d'exister dans les années 1940.

Le dernier animal tué a été enregistrée en 1942 sur le côté nord du Tizi-n-Tichka à proximité de la route entre Marrakech et Ouarzazate.

Il est dit que des lions ont été présentés aux sultans et rois du Maroc comme signe d’obéissance par les nobles et par le peuple berbère qui faisait partie de l’Atlas comme le dernier des lions de Barbarie.

En 1953, lorsque le Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef (plus tard le Roi Mohammed V) a été contraint d'abdiquer et a été mis en exil, les lions royaux (21 au total) ont perdu leur domicile au palais dans la fauverie royale. Trois d'entre eux ont été envoyés au zoo de Casablanca et le reste a été envoyé au zoo de Meknès.

Lorsque le sultan est revenu au palais en 1955, les lions de Meknès sont revenus à Rabat. Pendant ce temps, le reste du monde a continué de croire le lion de Barbarie éteint ; cette conviction prématurée est devenue presque un fait lorsque les maladies respiratoires ont frappé le roi des lions à la fin des années 1960. Le Roi Hassan II, alors propriétaire, a décidé de réduire le risque de mortalité et d’améliorer la vie des lions. Une nouvelle enceinte a été achevée à Temara, près de Rabat, à la maison royale des lions, et en 1973, sous l'administration du Ministère de l'Agriculture, ce fut au zoo de Rabat.

Causes de l’extinction

La chasse a sans aucun doute contribué à l'extinction du Lion de Barbarie, mais les changements écologiques induits par la culture semblent avoir été la principale cause. Les forêts ont été dégradées par le bétail dans les pâturages. De plus, certaines sources de nourriture de ces lions, comme les cerfs et les gazelles.

Zoos et parcs animaliers qui prétendent avoir des lions de Barbarie ou des descendants

- Zoo de Temara (Rabat, Maroc) qui en compte un peu plus d'une vingtaine,

- Port Lympne Wild Animal Park (Kent, Angleterre, Royaume-Uni),

- Longleat Safari Park (Wiltshire, Angleterre, Royaume-Uni),

- Belfast zoo (Belfast, Irlande du Nord, Royaume-Uni),

- le zoo de Madrid (Madrid, Espagne ),

- Big Cat Rescue (Tampa, Floride, États-Unis),

- Tiger Safari (Tuttle, Oklahoma, Etats-Unis),

- GW Exotic Animal Memorial Park (Wynnewood, Oklahoma, Etats-Unis),

- Parc de la Tête d'Or (Lyon, France),

-  Zoo Neuwied (Neuwied, Allemagne),

- Sion Wildlife Gardens (Kamo, la Nouvelle-Zélande).

 

Projet de réintroduction du Lion de l’Atlas au Maroc

Adaptation d'un texte du Groupe d’Etude et de Recherches des Ecologistes Sahariens (GERES) en 2004.

Le dernier spécimen a été abattu en 1922 au Maroc près de Taddert (versant nord de Tizi n'Tichka) en 1942, trophée fort recherché et victime d'un braconnage intensif, alors qu'il s'était déjà éteint en Tunisie et en Algérie quelques années auparavant.

Nettement plus gros que son cousin africain, le lion de l'Atlas vivait principalement dans les massifs montagneux. Des spécimens ont cependant pu être sauvegardés grâce à la fauverie royale de Hassan II et on trouve actuellement une cinquantaine de lions répartis dans divers zoos, dont un peu plus de la moitié vivent dans le parc zoologique de Témara, dans la banlieue de Rabat.

Cette opération est élaborée dans le cadre d'un partenariat entre les gouvernements marocain et britannique, car le zoo de Témara est appuyé par une ONG anglaise et des scientifiques d'Oxford.

Cette réintroduction va a priori s'étaler sur une dizaine d'années et comportera plusieurs phases de travail. Une zone protégée d'une superficie de 10’000 hectares a été délimitée dans une région très peu peuplée et sera clôturée. Le gibier de prédilection du grand fauve (cerfs, mouflons, sangliers, singes et gazelles) devra y être réacclimaté. Parallèlement, les scientifiques d'Oxford auront la tâche de sélectionner les géniteurs les plus purs afin de démarrer un programme de reproduction en captivité. Enfin, un couple ou deux de lions seront relâchés dans la zone protégée et feront l'objet d'un suivi par les scientifiques.

L'un des buts avoués du gouvernement marocain est de profiter des retombées économiques de ce projet. Il est fort probable en outre qu'il bénéficie de subventions européennes. En effet, le programme de réintroduction de cet animal mythique devrait susciter l'engouement des adeptes du tourisme écologique. Le gouvernement espère bien créer des emplois et booster le secteur de l'hôtellerie et de la restauration.

Cependant, plusieurs facteurs sont à prendre en compte:

- La population locale ne semble guère enthousiaste vis-à-vis du projet, la réputation de férocité du lion de l'Atlas suscitant des inquiétudes. Il est à craindre que le braconnage ne reprenne, à moins que la réserve naturelle ne soit extrêmement bien surveillée. Par ailleurs, on ne connaît pas encore la nature du système qui sera mis en place pour réguler la population des fauves, surtout s'ils sont destinés à vivre sur une surface délimitée, ni si les naissances seront contrôlées ou, à l'instar de certains parcs africains, si le tir sélectif ou les permis de chasse feront partie des solutions proposées.

- Du côté du gibier réintroduit, on ne sait pas quelles seront les conséquences sur leur environnement. Aucune indication n'est donnée quant au nombre de bêtes à réintroduire et à leur impact sur l'écosystème de la réserve.

- Le Maroc ne jouit pas d'une bonne réputation en matière de protection de l'environnement. En l'espace d'un siècle, plusieurs espèces animales et végétales ont disparu dans l'indifférence la plus totale. A titre d'exemple, le crocodile du Nil s'est éteint dans les années 1930, tandis que les années 50 ont sonné le glas pour l'autruche, l'oryx et l'addax.

Autruche

Addax

 

Oryx

Crocodile du Nil

Actuellement, la panthère devrait être inscrite sur la liste des espèces disparues puisqu'aucune preuve tangible de sa présence n'a pu être rapportée, la hyène et le guépard sont en sursis, de même que le lynx caracal, le chat des sables, le chat ganté, le fennec et le chacal.

Chacal

Chat ganté

Fennec

Chat des sables

Guépard

Hyène

Panthère

Lynx caracal

"Jardin d'Eden au Maroc"

Animaux qui ont existé au XXème siècle au Maroc ou existent encore dans ce pays

De plus, le milieu naturel est également en péril. Le désert avance et le bétail s'aventure dans les forêts, causant des dommages irréparables aux écosystèmes. Alors que le pays souffre régulièrement de la sécheresse, le cheptel ovin, lui, est en surnombre.

La disparition du lion de l'Atlas (extinction totale prévue dans une vingtaine d'années si rien n'est fait) constituerait une tragédie supplémentaire pour la biodiversité et la conservation des espèces, mais les conditions de réintroduction de l'animal au Maroc ne paraissent pas idylliques.

Découvertes actuelles de lions de Barbarie dans le monde

En 1999 au Mozambique... Un lion de Barbarie retrouvé par hasard !!!

Ce félin mythique était exhibé dans un cirque.

Le lion de Barbarie. Une légende. C'est ce félin disparu qui a croqué les chrétiens au Colisée, rugi sur les écrans de la Metro Goldwin Meyer ou rodé en seigneur dans la cour éthiopienne de Hailé Sélassié. L'un de ces lions mythiques vient d'être découvert et sauvé au Mozambique par une association de défense de la faune. Il a trouvé refuge en Afrique du Sud, dans un centre de recherche sur les animaux en voie de disparition. Giepie, grand mâle couvert du ventre à l'aine de la crinière touffue qui fait le "look" du lion de Barbarie., est l'un des rescapés de la faillite d'un cirque africain. Il représente une espèce qui ne survit plus en principe que sous forme de bribes d'ADN chez d'autres lions. Est-il vraiment le dernier ? La nouvelle de son origine s'étant répandue, d'autres cirques et zoos dans le monde revendiquent à leur tour la présence d'un lion de Barbarie et négocient les retrouvailles de ces survivants. Une femelle venant d'un zoo italien pourrait rejoindre bientôt Giepie et tenter l'aventure du couple.

En mars 2008 en Grande-Bretagne... Les squelettes de deux lions de l’Atlas retrouvés à Londres !!!

L'étude génétique, effectuée sur les deux squelettes, qui remontent au Moyen-Age, a montré qu'ils appartiennent à deux lions de l'Atlas, plus connus comme "les Lions de Barbarie". Les monarques anglais gardaient jalousement dans les jardins de la tour de Londres, actuellement consigne des joyaux des souverains britanniques, plusieurs lions, symboles emblématiques de la monarchie anglaise. Les chercheurs, qui ont publié les résultats de leurs études dans le journal "Contributions in Zoology", ont pu établir, à l'aide d'examens d'ADN, que les deux lions ont vécu dans l'enceinte de la "tour blanche", fondée en 1078 par Guillaume le Conquérant, durant le 14ème et le 15ème siècles dans le zoo créé il y a près de huit siècles par le Roi John (1199-1216). Les deux lions de l'Atlas, qui faisaient partie de cadeaux offerts aux souverains anglais, avaient fait l'objet de plusieurs études au musée de l'histoire naturelle de Londres et à l'université d'Oxford. L'étude réalisée sur les deux lions a montré que ces animaux partageaient les mêmes gènes uniques qui distinguent les lions de l'Atlas. "Les résultats de notre étude offrent la première preuve génétique qui confirme sans équivoque que les squelettes découverts à l'intérieur de la Tour de Londres sont ceux de lions de l'Atlas marocains", indique Richard Sabin, conservateur du musée britannique des mammifères. Pour sa part, Nobuyuki Yamaguchi, chercheur à l'université d'Oxford, souligne que toutes les preuves disponibles montrent que les deux lions viennent du Maroc, où d'importants groupes de lions de cette race unique vivaient jusqu'au début du 20ème siècle. D'après le chercheur, le dernier lion de l'Atlas libre a été tué 1942 près de Tizi-n-Tichka, entre Marrakech et Ouarzazate.

Le lion d'Ifrane

Ifrane est une ville du Maroc comptant 30'000 habitants et située dans le Moyen-Atlas, à 1'713 mètres d'altitude. En tamazight (berbère), Ifrane signifie grottes (au singulier: ifri). La région est en effet connue pour ses grottes, qui s'étendent jusqu'à El Hajeb: ce sont elles qui ont donné leur nom à la ville.

Une des grottes d'Ifrane

Retiré dans un îlot de verdure de ce parc naturel, taillé à même la roche, un lion se repose, méditatif, semblant plongé dans une profonde introspection. Il ne cesse d’intriguer les visiteurs depuis de longues décennies.

Puissant, impassible, aux dimensions impressionnantes: 7 m. de long, 2 m. de haut et 1,50 m de large.

Inscrites dans la légende, les rumeurs les plus diverses courent depuis très longtemps selon lesquelles il serait l’œuvre de prisonniers, de légionnaires, d’individus aux nationalités diverses. Depuis quand est-il là, qui en est le sculpteur?

Un premier courrier du Conservateur du Patrimoine des archives diplomatiques de Nantes (France) confirme «qu’aucune date, ni indication sur l’auteur n’apparaît. Une certitude: la statue figure sur le plan d’Ifrane daté du 12 août 1932.» Le lion d'Ifrane est d'ailleurs présent comme ornement sur les armoiries de la ville.

Dans le N°14 de la revue «Maroc» du 15 août 1930, dans un article intitulé «Ifrane, la perle de l’Atlas», Henri Moreau, professeur de dessin, pose devant sa statue. Légende: « Le lion d’Ifrane sculpté entièrement dans le roc. M. Moreau, de Rabat, que la photo nous montre placé devant son oeuvre a eu le mérite de l’exécution de cette sculpture à la fois originale et imposante.»

Historique

La situation géographique d’Ifrane, la topographie et son climat privilégié, déterminent le choix du Gouvernement marocain à l’édification d’une station estivale dans un espace vierge de toute construction. Une partie de la main d’œuvre sera constituée de prisonniers. Le 9 juillet 1929 arrive le premier camion de matériaux. Le 15 août 1929 voit l’inauguration des hôtels, du Casino, de chalets, ainsi que le Centre d’estivage et de la place du lion. E. Labonne,  Secrétaire Général du Protectorat, avise M. Tournan, Chef du Centre d’Ifrane de "l’arrivée du sculpteur pour travailler au rocher du lion par une note de service N° 63 du 2 mars 1930. L’œuvre devra être terminée le 20 avril prochain, 2 ou 3 prisonniers seront mis à sa disposition pour accomplir ce travail". Selon les relevés du Budget dressé le 15 juillet 1930, la réalisation du projet ne prendra que 15 jours.

Vues sur l'Hôtel Balima et le lion

Le sculpteur

Henri Jean Moreau est né à Libourne (France) où la municipalité lui commande le monument aux morts de la guerre 1914/1918. Il n’obtient qu’un succès d’estime. Sur la recommandation du Général DAMADE, il s’installe à Rabat au poste d’inspecteur aux Monuments Historiques et celui de professeur de dessin au lycée Gouraud, tout en continuant sa carrière de sculpteur. Malade, il rentrera définitivement en France, en 1954 pour mourir dans l’indifférence, oublié, en 1956. Le sculpteur et son oeuvre restent ignorés des Libournais. A longueur de jour de nombreuses personnes passent devant le monument aux morts du lycée Hassan II à Rabat, celui de Libourne et la statue d'Ifrane en méconnaissant le nom de l’artiste.

 

Vidéos sur le Lion de Barbarie, ici.

 

 

CT

Source des informations et des photos: www.petermaas.nl; www.care2.com; www.leszoosdanslemonde.com; felinsdetoujours.oldiblog.com; www.kidadoweb.com: francoisquinqua.skynetblogs.be; dafina.net; www.leguide.ma; www.manimalworld.net; www.marocantan.com; geres-asso.org/article_reintroduction1.html; www.dinosoria.com; forum.doctissimo.fr; www.marietta.edu; commons.wikimedia.org; coolpixels.free.fr; www.sports-sante.com; germigny.creteil.iufm.fr; daudia.free.fr; manimal.oldiblog.com; www.edunet.tn; nationalzoo.si.edu; www.achetudoeregiao.com.br; pagesperso-orange.fr (dépêche issue de "Terres sauvages", N°143, 1999; www.yabiladi.com; les.anciens.de.casa.free.fr; www.casafree.com; fr.wikipedia.org; picasaweb.google.com; www.lyceefr.org; www.bladi.net; flickr.com; www.levieuxmaroc.com

Première photo: ©Photo Michel Aymerich

"Jardin d'Eden au Maroc": Dessin tiré de la revue "Ein Herz für Tiere" et reproduit dans le le livre de E. Därr,  "Agadir, Marrakesch und Südmarokko", Ed. Reise Know-How, 2005.

Carte de Peter Maas (Creative Commons Attribution-Non commerciale No Derivatives 3,0).